10 astuces pour combattre la dépression (promis, ça marche !)

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Justine dit :

    Bonjour
    Merci énormément pour cet article .. Il me fait beaucoup de bien.
    Auriez vous le nom du documentaire présenté à la fin de l’article ? On ne peut pas y accéder…
    Sincèrement, merci
    Justine

    • Merci Justine pour ton retour, ça me fait du bien aussi ! 🙂
      Merci aussi pour ta remarque, j’ai mis à jour le lien, c’est le problème avec Youtube, certaines vidéos sont supprimmées au fur et à mesure, et pas facile de tout vérifier quand on écrit sur plusieurs blogs 🙂
      Voilà le documentaire :

  2. Alizeya dit :

    Et pourquoi on ne peut pas s’en passer du verre de vin ? Parce que l’on peut aimer le vin tout simplement, tout le monde n’a pas un rapport malsain avec. Le bonheur de certains se trouve dans une salade verte et un verre d’eau plate, le mien est dans un plateau de charcuteries et un verre de pineau, chacun ses goûts.
    J’ai pour ma part passé des années à manger “healthy” – pour reprendre ce terme à la mode – et cela fait des années que je n’ai même plus envie de manger, chose qu’il m’arrive plus en plus souvent de faire tellement je ne supporte plus cette alimentation. J’en ai sauté des repas, dégoûtée de ce que j’allais retrouver dans mon assiette. C’est renouer avec la gastronomie de ma région d’origine qui m’a en partie redonné le sourire ( merci mon cher Sud Ouest ), tout comme d’abandonner les activités dîtes “bonnes” pour la santé et le moral, comme le yoga. Bien sûr que l’essentiel de mes repas ne sont -malheureusement- pas fait de foie gras, de bon vin et de douceurs, mais s’offrir un petit plaisir, le dimanche, ou alors le vendredi/samedi soir pour se récompenser d’une semaine de travail, ou pourquoi pas le week end en général, ne fera de mal à personne tant que c’est maîtrisé.
    N’en déplaise aux spécialistes, aucun être humain n’est totalement identique et ce qui fonctionnera chez les uns ne donnera rien de bon chez les autres, c’est un fait qu’il faut prendre en compte au lieu de culpabiliser les gens qui ont des goûts différents comme le font trop souvent la grande majorité des articles sur le sujet.
    De par mon expérience personnelle j’en conclus que la méthode la plus efficace pour moi pour lutter contre la dépression a été d’arrêter de me soucier de tous les détails liés à la santé et de me dire que la vie est trop courte pour me prendre la tête avec tout ça.

    Un bien long commentaire pour une idée vieille comme mes robes mais que l’on tend à vouloir faire disparaître au nom de l’uniformisation et inspirée par cette phrase qui m’a fait bondir “Supprimez l’alcool, à par un verre de bon vin rouge de temps en temps si vraiment vous ne pouvez pas vous en passer (et pourquoi d’ailleurs ?… La question est à se poser).”

    • Si savourer un verre de in vous rend heureuse, faites-le ! Il reste intéressant de se demander, tout simplement, si c’est le goût du vin ou l’alcool qu’il contient qui vous amène ce plaisir. Mais TOUT est bon pour lutter contre la dépression, et vous avez raison, chaque personne est différente !

  3. Chantal dit :

    Bonjour et merci pour vos propos positifs et encourageants !
    Juste une remarque : Vous dites “Fuyez les personnes qui vous traitent de fainéant, de faible, ou de malade”. Oui, mais si justement ce sont les collègues de travail (tous ou bien juste une partie d’eux), qu’on est obligé de les cotoyer 5 jours sur 7 et qu’ils sont constamment en train de nous critiquer et mépriser et dénigrer (voire plus) en nous traitant de fainéante et faible alors qu’on est sencé coopérer avec eux parce qu’on forme une équipe ? impossible alors de les “fuir”, impossible aussi d’obtenir plus qu’une seule semaine d’arret-maladie (j’ai essayé : j’ai renoncé car dans ces circonstances me battre toute seule pour obtenir quoi que ce soit me semblait au dessus de mes forces). Que faire dans ce genre de cas ? Tout ce que j’ai tenté d’entreprendre me coute énormément en énergie alors que justement j’en ai de moins en moins, et surtout aucune idée de ce qu’il faudrait faire concrètement ni de ce qui est possible (envisageable honnètement), personne pour me conseiller, soit les gens ne veulent pas comprendre soit ils minimisent mon problème ou me le reprochent en se moquant. L’hostilité s’amplifie, 4 collègues se sont ligués contre moi dans le but de me faire “gicler” (sic). Ils ont réussi à m’enfoncer et me détruire mais bien sur ils restent dans le déni, pour eux le problème c’est moi, et rien ni personne d’autre.

    • Chantal dit :

      Bien entendu je parle d’une situation qui remonte à plusieurs mois en arrière, entretemps j’ai obtenu ma mutation et donc quitté ce service et ces personnes (je n’ai plus aucun contact avec eux ni de nouvelles de ce qui se passe là bas depuis mon départ). Les conséquences de cette période longue et douloureuse sont encore là, elles ne disparaissent pas juste en quelques mois.
      Cela dit, certains de vos conseils judicieux, je les appliquais déja depuis le début, c’est ce qui m’a permis de tenir aussi longtemps jusqu’à obtenir ma mutation. Je n’ai pas “craqué” de façon visible, je n’ai pas été arretée (sauf 1 semaine), je n’ai pas démissionné ni “disparu” (mais ça me tentait beaucoup), donc pour ces collègues je faisais semblant.

  1. 12 août 2019

    […] d’autres idées de routine pour mettre toutes les chances de votre […]

Donnez votre commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous aimez cet article ? Partagez !

%d blogueurs aiment cette page :